« L’ange blanc », digne descendant des Ath Irathen, tire sa révérence

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La nouvelle est tombée tel un couperet sur ses nombreux fans tant en Algérie qu’à l’étranger : Hamdi Benani n’est plus. Il est emporté ce lundi matin par les effets de la Covid-19 à l’hôpital Ibn Sinna d’Annaba où il était admis depuis quelques jours et mis sous soins intensifs.

Avec le décès de Hamdi Benani, la scène artistique nationale a perdu une des étoiles brillantes qui ont porté la voix de l’Algérie au firmament. Celui que le président Nord-coréen, Kim Il Sung, surnomma en 1978 l’ange blanc, a représenté l’Algérie sur les plus prestigieuses scènes mondiales.

Avec son « Barcus Berry », le violon blanc qu’il a adopté depuis sa rencontre avec avec Catherine Lara en1984 au festival de Samarcand, il n’a pas cessé de monter sur toutes les scènes en Algérie comme à l’étranger au grand bonheur de ses milliers de fans qu’il s’est conquis au fil de sa carrière, débutée une certaine nuit de 1963 à Annaba avec la sublime chanson « Ya Bahi El Djamel ».

À l’occasion de l’hommage qui lui a été rendu à la maison de la culture Mouloud Mammeri, dans la ville de Tizi-ouzou, en janvier 2014, Hamdi Benani avait révélé que son grand père paternel est natif du village Taourirt Mokrane, dans la région de Larbaa Nath Iraten en Kabylie.

Nadia Mehir

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :