Les mosquées, les bars et Antar

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Encore et toujours la fibre sensible de la religion ou des religions est jouée par le pouvoir du fait accompli pour stigmatiser le hirak.

La dernière trouvaille est celle d’une prière de vendredi en plein air, sur l’esplanade de la maison de la culture Taous Amrouche à Béjaia.

Culture, Taous Amrouche et Béjaia !!!

Rien qu’à lire ces trois symboles, on se rendra compte que la manipulation est grotesque.

La volonté de discréditer le hirak à Béjaia à travers (tenez-vous bien) le spectre islamiste et la manière dont on tente de faire un parallèle entre la réouverture des mosquées et celle des débits de boissons alcoolisées – malgré la contestation légitime de ceux qui exercent légalement ce commerce – renseigne sur la nature des officines qui sont derrière cette stratégie qui s’inscrit dans le cadre de la contre-révolution et que l’instrumentalisation de la religion demeure le sport favori de la police politique.

Dire et faire dire que le hirak est islamisé à Béjaia, ça sous-entend qu’il a atteint le sommet de la Daéchisation ailleurs.

Voila le message que les artisans de la prière de l’esplanade veulent faire passer.

Au moment où le pouvoir du fait accompli tente de faire un autre passage en force à travers une révision constitutionnelle qui n’est autre qu’un acte qui consacre l’alternance clanique assurée par la “nouvelle / ancienne Algérie”, la diversion et la manipulation pour empêcher la reprise des actions de la rue continuent à forte cadence.

Dans cette situation, les forces démocratiques et progressistes sont appelées à plus de concertation pour adopter une stratégie commune afin de déjouer ce plan machiavélique et permettre une autre phase du hirak qui sera plus déterminée et déterminante.

La marche de ce dimanche 13 septembre à Paris pourrait être le déclic de cette reprise et surtout la preuve de la nature démocratique du hirak.

Elle rappellera certainement les objectifs essentiels du mouvement citoyen, la rupture radicale avec le système et l’instauration d’un État de droit dans le respect de la souveraineté populaire.

Moussa Nait Amara

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :