Pour haine raciale et diffamation : La famille et la fondation Matoub portent plainte contre le « sieur » Nouredine Khettal

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La famille du chanteur Matoub Lounes et la fondation portant son nom décident de réagir aux multiples attaques à la mémoire du chanteur et militant de la cause Amazigh. Elles annoncent le dépôt d’une plainte auprès du tribunal de Tizi Ouzou contre le raciste Noureddine Khettal.

« Au vue des différentes attaques sur les réseaux sociaux sous forme de (lives) ou publications odieuses et orduriers par le sieur Norredine Khettal visant tous les symboles de la Kabylie. La famille Matoub Lounes et la Fondation Matoub ont décidé de réagir à ces pratiques inadmissibles et intolérables dans nos traditions ancestrales », lit-on dans un communiqué du bureau de cette fondation, rendu public aujourd’hui.

Et d’ajouter : « Nous informons l’opinion publique qu’une plainte est déposée au tribunal de Tizi-Ouzou par un collectif d’avocats représentant la famille et la Fondation Matoub aux motifs suivants : Atteinte à la mémoire de Lounes Matoub, incitation à la haine raciale et diffamation et accusations mensongères ».

Selon le communiqué, des informations supplémentaires sur cette plainte « seront fournis lors d’une conférence de presse qui sera donnée dans les jours à venir par le bureau et le collectif d’avocats sur qui compte la Fondation à savoir : Maîtres Soufiane Dekkal, Linda Hadjeb et Kader Houali ».

Tout en espérant que les autorités algériennes « répondront à cette requête et rendront justice à Lounes Matoub », la fondation rappelle l’objectif de cette démarche. Cette action vise à « mettre fin à ce régionalisme dangereux qui peut avoir des Conséquences dévastatrices sur notre jeunesse, à cette atteinte de la mémoire d’un artiste dont la notoriété dépasse les frontières et qui a payé de sa vie son engagement pour tamazight, la démocratie et le droit à la différence ».

Pour rappel, cet individu qui se présente comme « journaliste » ne cesse, depuis plusieurs années et plus particulièrement depuis le hirak, de déverser son venin de raciste contre la Kabylie et tous ses symboles. Il se cache, pour ce faire, derrière l’armée et notamment l’ancien chef d’état-major de l’ANP, décédé en décembre dernier.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :