Pour sa Une sur les biens des enfants de Gaid Salah: El Watan privé de la publicité ANEP

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Décidément, le nouveau pouvoir reste fidèle aux pratiques de ses prédécesseurs. Avec la presse, ce sont toujours les mêmes rapports qui sont entretenus: chantage financiers, pressions et intimidations.

Et tous les discours autour du respect de la liberté de la presse ne sont finalement que des mensonges. La nature du régime revient vite au galop. Plutôt, elle est toujours là. Elle est incarnée seulement par un nouveau personnel politique apte à reproduire avec le même excès de zèle toutes la dérive autoritaire du système.

Le cas du quotidien El Watan en est une nouvelle preuve. Le journal qui n’a commencé à bénéficier de la publicité institutionnelle distribuée par l’ANEP qu’en Avril dernier est à nouveau privé de cette ressource.

La raison de cette décision est la publication d’un sujet sur “la fortune amassée par les enfants de Gaid Salah” à l’ombre de leur père, resté à la tête de l’ANP durant la majeur partie du règne du président déchu, Abdelaziz Bouteflika.

Alors que l’affaire fait, depuis quelques semaines, l’objet d’une enquête judiciaire et que les deux enfants de l’ancien patron de la grande muette sont sous ISTN (interdiction de sortie du territoire national), les tenants du pouvoir ont décidé de sanctionner le journal.

Ce dernier est privé, à partir d’aujourd’hui, des pages de publicité Anep dont il bénéficiait. Selon des sources proches du quotidien, des tenants du pouvoir auraient même réprimandé le directeur de publication du journal, en lui reprochant notamment l’illustration de la Une par un portrait du général de corps d’armée, décédé en décembre dernier.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :