Constitution : Djaballah lance une campagne pour la « surveillance des urnes » pour faire tomber Tamazight

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le président du parti islamiste FJD-Adala, Abdallah Djaballah lance officiellement une campagne pour recruter des volontaires en vue de surveiller les urnes à l’occasion du référendum sur la révision constitutionnelle.

Ayant appelé à voter contre le projet, principalement en raison du statut de la langue Amazighe, le chef islamiste appelle ses fidèles à se mobiliser pour faire tomber le projet. Pour ce faire, il vient de mettre en ligne une affiche, intitulée « la surveillance est la responsabilité de tous », invitant ses fidèles à surveiller massivement les urnes.

Dans cette affiche, ses concepteurs ont aussi inscrit le slogan de « non à la constitution », couplé à un autre prétendant être pour « une Algérie de la déclaration du 1er novembre 1954 ». Ainsi Abdallah Djaballah et son parti tentent de faire croire, vainement bien sûr, que la déclaration du 1er Novembre « était pour une Algérie arabo-islamique ».

Tout comme l’autre parti islamiste, en l’occurrence le MSP, le FJD d’Abdallah Djaballah s’est investi dans la démarche de la révision de la Constitution dans l’espoir de voir le pouvoir revenir sur l’officialisation de la langue amazigh et la suppression de l’article 4 de la constitution de 2016.

Mais leurs calculs ont été faussés. La mouture finale du projet qui sera soumise à référendum, le 1er novembre, a retenu aussi l’intangibilité du caractère national et officiel de cette langue. En désespoir de cause, ces deux partis espèrent un rejet du texte par les urnes. C’est pourquoi ils appellent à voter « massivement » contre le projet.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :