En prison depuis 11 mois : Dix ONG internationales réclament la libération d’Abdallah Benaoum

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Amnesty International et neuf autres ONG de défense des droits humains ont demandé, aujourd’hui mardi 20 octobre, aux autorités algériennes de libérer « immédiatement et sans condition » le militant Abdallah Benaoum qui souffre d’artériosclérose.

Dans cet appel signé aussi par Article 19, la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et Riposte Internationale, il est rappelé que Abdallah Benaoum, 55 ans, qui a activement participé au « Hirak » est détenu depuis le 9 décembre 2019 pour « avoir publié sur Facebook des opinions critiques à l’égard des autorités ».

Selon les signataires, il « a besoin de toute urgence d’une opération du cœur, dont il est privé du fait de son maintien en détention illégale et du refus des autorités de lui prodiguer l’accès aux soins médicaux dont il a besoin ».

Ces organisations rappellent que deux détenus d’opinion – Mohamed Tamalt en 2016 et Kamel Eddine Fekhar en 2019- sont décédés en détention. Elles demandent alors la libération « sans condition » de Benaoum afin d’éviter qu’il « ne subisse le même sort ».

Selon la même source, Abdallah Benaoum est poursuivi notamment pour « délit de possession et diffusion de vidéos visant à porter atteinte au moral des troupes, à la sécurité de l’Etat, à l’unité et à l’intégrité de la Nation, outrage à corps constitué et incitation aux attroupements », selon le parquet ».

Reporté à plusieurs reprises, son procès devrait avoir lieu le 27 octobre à Relizane. Le parquet général de Relizane avait affirmé début octobre que Benaoum était « sous surveillance médicale continue depuis son transfert à Oran le 30 juin » à la demande du médecin, ajoutant qu’il avait plusieurs fois refusé d’être transféré à l’hôpital.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :