Le RCD dénude et fustige les visées dictatoriales du pouvoir

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Dans un communiqué rendu public hier après la réunion de son secrétariat national tenu sous la présidence de l’imperturbable Mohcine Belabbas, le RCD a dénudé d’une manière claire les visées dictatoriales du pouvoir de fait et l’implaction de l’armée dans ce processus.

“L’implication du commandement militaire dans ce processus ne fait pas de doute et donne matière à des interrogations légitimes. Connu pour sa discrétion, somme toute normale pour un militaire de carrière, le chef d’Etat-Major de l’ANP, médiatise les visites du chef de l’Etat au siège du MDN et s’implique plus que les membres de l’exécutif dans la promotion de la révision de la constitution. Aucun acteur de la scène politique nationale ne peut manquer de s’interroger sur une telle attitude. Certains penchent sur l’incapacité de Tebboune à faire cesser les guerres de chapelles dans le système et à entrainer derrière lui les centres du régime, d’autres estiment que la nouvelle doctrine interventionniste imprimée à l’Armée dans le texte de cette révision de la constitution rencontre des résistances sérieuses dans le sérail. Les visites du secrétaire à la défense des Etats Unis et du ministre des Affaires étrangères de l’ancienne puissance coloniale en pleine campagne électorale référendaire ne peuvent être des faits anodins », lit-on dans le communiqué du SN du RCD.

Au niveau du constat de la situation économique et sociale et des projections du pouvoir dans ces domaines, le RCD n’est pas allé par le dos de la cuillère pour illustrer la gravité de la situation

Pour le RCD, “Alors que la dynamique de changement enclenchée en février 2019 nourrit toujours le corps politique et social, le pouvoir installé par l’Etat-Major de l’armée, en décembre 2019, s’échine, à la faveur de la crise sanitaire et à coups de milliards, à réorganiser une clientèle moulée dans les arcanes des prébendes, de la corruption et de l’obéissance servile. Signe de cette dérive, dans le projet de loi de finances 2021, la totalité des recettes de la fiscalité pétrolière et ordinaire du pays est destinée aux seules dépenses de fonctionnement.
En un mot ou en plusieurs, l’essentiel des ressources vont alimenter les lourdes dépenses des appareils de répression, la réinsertion des clientèles à travers des échéances électorales et la propagande du régime. Dans ce scénario catastrophe, les dépenses d’équipements pour lesquelles aucune ressource propre n’est prévue vont servir de variable d’ajustement, c’est-à-dire qu’il y n’aurait de dotation financière que si au cours de l’exercice budgétaire seraient dégagées des ressources dans l’Algérie nouvelle”.

Le parti progressiste n’a pas hésité de mettre l’accent sur “l’instrumentalisation de l’appareil sécuritaire, administratif et judicaire pour le compte de l’option autoritariste choisie par l’Armée n’as pas de précédent » et d’ajouter, dans ce sens, que « certains font le parallèle avec la répression et les dépassements qui ont suivi le coup d’Etat de l’armée des frontières contrele GPRA. Il y a certes une situation différente au plan interne et externe mais la brutalité et la stigmatisation à l’endroit de militants et de patriotes sont érigées en règle pour tenter d’assoir un pouvoir en tout point de vue illégitime voire antinational”.

Le SN du RCD a réaffirmé son soutien au président du parti Mohcine Belabbas et il a rappelé la ligne directrice du parti.

Moussa N.A

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :