Le scribouillard du régime ne trompe personne

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

On a beau cherché à El Hayet un genre journalistique pour le classer dans le très varié secteur de l’information, on en lui a trouvé guère. Le torchon de sieur Hanachi n’est ni un organe de propagande, ni un journal d’information, ni un tract politique, ni une affichette d’un bordel de province. A peine s’il épouse les contours d’une offre de service d’une Call-girl en manque de clientèle.

Le torchon inclassable n’a pas trouvé mieux à offrir que de décliner une liste de députés qui toucheraient des salaires faramineux sans marquer leur présence à l’hémicycle. Pourtant,  et pour rester dans le langage de caniveau cher à Hanachi, l’adage est connu de tous : “ le mieux que peut faire une In-Call-Girl, c’est d’abord bien nettoyer son lit et blanchir sa petite lingerie au lieu de s’occuper du noble voisin”.

Le torchon El Hayet sait bien que beaucoup de députés non affiliés au système et qui ont gagné leurs sièges à la sueur de leur militantisme ont pris l’historique décision de démissionner ou de geler leurs activités parlementaires pour être en phase avec l’Hisoire de leur peuple et s’épargner le pénible partage de bancs avec les députés de la chkara. Les journaleux d’El Hayet savent autant que leurs maîtres que le boycott des séances parlementaires et les commissions de la soumission parlementaire sont des actes politiques par excellence qui font aussi partie de la vie d’un député. 

Le torchon d’El hayet n’est pas sans savoir que le parlementaire n’est pas un fonctionnaire ni un soldat qui doit répondre présent au premier sifflet du chef.

N’en déplaise à El Hayet, les députés qui ont gelé leurs activités depuis mars 2019 ou ceux qui ont démissionné n’ont jamais autant rempli leurs missions auprès du peuple comme fut le cas ces 19 derniers mois de révolution citoyenne.

Dans la sortie honteuse d’El Hayet, tout s’explique. Le refus de Mohcine Belabbas de se présenter devant la commission du député Si Afif, au demeurant camarade de Hanachi dans la juteuse mangeoire de l’ANEP, est resté tel un travers dans la gorge des bouffons du Palais. Ils n’arrivent pas à admettre que le député progressiste reste dans sa ligne de conduite politique et bien droit dans son burnous immaculé d’homme libre et propre. Les idiots du régime espéraient voir Mohcine Belabbes se ruer vers la commission des affaires juridiques pour défendre son immunité, et Hanachi a certainement préparé sa grande manchette :  « Le député du RCD dégèle son activité pour sauver sa tête ». Pauvre de lui, l’idiot d’El Hayet aurait déchanté et avalé amèrement sa bave et son encre. En ultime cure de décompression, le scribouillard du régime s’adonne à un exercice qui ne trompe personne.

Arezki Lounis

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :