Tebboune perd la bataille de l’opinion devant Mohcine Belabbes

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Face à une situation aussi inquiétante de la liberté de l’exercice politique en Algérie, le combat immédiat a tout à gagner en se concentrant sur la manière de renverser le rapport de force en faveur de l’opposition crédible et, à travers elle, le peuple.

La conjoncture actuelle, aidée par le confinement dont le pouvoir du fait accompli a profité sans scrupule, est nettement en faveur de la reproduction du régime.

Il faut avouer aussi que la diversion idéologique n’a pas été sans analogie avec les objectifs du pouvoir qui sont ceux d’empêcher le retour des actions de rue dans le cadre du hirak.

Cette convocation des années 90 a tenté de détourner la logique et légitime bipolarité hirak / régime à une improductive polémique idéologique légitime aussi mais qui ne peut intervenir que dans le cadre d’un État de droit que le hirak et la véritable opposition veulent construire en dehors et contre le système en place.

Devant cette situation qui semble désespérante, la persévérance des hirakistes et des hommes politiques composant le PAD peut être déterminante et capable de réaliser le sursaut de renverser le rapport de force.

Ayant compris parfaitement cette situation, le pouvoir de fait n’a ménagé aucun effort de répression, d’arbitraire et de violence officielle pour étouffer cette bouffée d’oxygène représentée essentiellement au niveau politique par le président du RCD Mohcine Belabbes.

Un acharnement sans précédent a été orchestré contre cet homme politique qui a réussi à gagner sa légitimité populaire à travers sa participation sans faille au hirak des Algériens.

Harcelé jusqu’au point d’engager contre lui une procédure de levée de son immunité parlementaire, Mohcine Belabbes gagne la bataille médiatique contre un Tebboune sévèrement critiqué par le peuple à l’occasion du 5 Octobre.

Dans un papier qui traitait de la situation algérienne, le très crédible journal planétaire New-York Times a placé le président du RCD comme le principal opposant devant le Chef de L’État désigné et le chef de l’état-major.

Cette reconnaissance, suivie juste après par celle des chancelleries, renseigne sur une aura internationale que M.Belabbes gagne de plus en plus.

Tebboune, et à travers lui le pouvoir de fait, ont perdu cette bataille des plus importantes.

Il serait plus judicieux et objectif que le hirak et l’oppsition crédible rentabilisent cette situation en optant pour un pacte démocratique clair et explicatif autour (disons le) de cet homme politique dont l’honnêteté et le patriotisme sont irréprochables.

Et pourquoi pas un renforcement et une adoption des résolutions du PAD qui existent déjà ?

Une lueur d’espoir dans un contexte de ténèbres.
Saisissons l’opportunité.

Moussa Nait Amara

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :