Affaire de Yacine Mebarki : Des intellectuels et des militants dénoncent « une parodie de justice »

Des intellectuels, des universitaires, des journalistes et des militants des droits de l’homme appellent à la libération de l’activiste, Yacine Mebarki.

Dans une déclaration, signée notamment par l’historien, Mohamed Harbi, l’écrivain Anouar Benmalek, les sociologues, Lahaouri Addi, Nacer Djabi et Aissa Kadri… l’élite intellectuelle Algérienne dénonce « une parodie de justice », suite à la condamnation en première instance du jeune homme à 10 ans de réclusion et une amende d’un milliards de centimes.

« Le tribunal correctionnel de Khenchela vient de condamner Yacine Mebarki, jeune agriculteur père de 3 enfants, à 10 ans de prison et une amende d’un milliard de centimes (50 000 euros) pour « promotion de l’athéisme ». Son crime : il avait revendiqué la laïcité dans un article publié sur Facebook », rappellent les signataires.

Selon eux, « ce verdict sans fondement juridique est une violation des lois de la république, et des conventions internationales relatives aux droits humains ratifiées par l’Algérie qui garantissent la liberté de conscience ».

« Le procès en sorcellerie révèle l’état de décomposition d’une justice soumise, répressive, instrument idéologique de l’obscurantisme, de l’intolérance et de la régression », précise-t-on dans cette déclaration rendue publique aujourd’hui.

Et d’ajouter : « Convaincus que le respect de la diversité dans une société plurielle est le principal garant d’une paix civile durable, nous, signataires : exigeons la libération immédiate et sans condition de Yacine Mebarki ; appelons les autorités au respect des libertés fondamentales, notamment la liberté d’expression, d’opinion et de conscience ».

Le procès en appel de Yacine Mebarki a eu lieu, rappelons-le, le 10 novembre dernier à la Cour de Khenchela. Le verdict devra être prononcé, ce mercredi 25 novembre.

Massinissa Ikhlef

%d blogueurs aiment cette page :