Bouguerra Soltani : un ministre qui « n’est au courant de rien »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

L’ancien ministre du Travail et ex-président du parti islamiste, Bouguerra Soltani, a étonné l’assistance, aujourd’hui, au tribunal de Blida où se déroule, depuis trois jours, le troisième procès de l’affaire Khalifa Bank.

Auditionné en tant que témoin, celui qui a été membre des différents gouvernements du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, a tout nié.

Interrogé par le magistrat sur les dépôts de l’argent des caisses dépendant de son département ministériel, dont la CNR, Bouguerra Soltani déclare qu’il n’était pas au courant » de cette transaction.

Pour argumenter, l’ancien ministre affirme que cette « caisse avait un conseil d’administration autonome et elle est gérée par des lois spécifiques ».

Le conseil d’administration de la CNR, dit-il, « n’avait pas informé le ministère lorsqu’il a décidé de déposer l’argent de la caisse au niveau de Khalifa Bank ». « Où le rôle de contrôle du ministère ? » lui demande le juge.

Et à l’ancien président du MSP de répondre. Il impute la responsabilité au directeur de la caisse en question qui « devrait, selon lui, l’alerter sur l’existence d’anomalies ».

Mais l’accusé, Meziani, avait assuré le contraire. Selon lui, le ministre de l’époque (Bouguerra Soltani ndlr) avait été informé. « Mais il n’a donné aucune réponse. La loi stipule qu’au bout de 30 jours, s’il n’y a pas de réponse, la décision est exécutée », rappelle-t-il.

La aussi, Bouguerra Soltani nie. Selon lui, « les différentes caisses sous-tutelle ont déposé de l’argent chez Khalifa Bank dans le but de gagner plus ». « J’étais même étonné en apprenant que la CNR a effectué des dépôts dans cette Bank, alors qu’elle souffrait d’une crise financière », indique-t-il.

Ministre pour rien ?

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :