De la réaction de Mohcine Belabbes aux propos de Macron à la résolution du parlement européen, le régime algérien est plus que jamais isolé

 

Depuis la réaction du président du RCD Mohcine Belabbes aux propos du président francais Emmanuel Macron, un tollé a été soulevé à propos de ce qui est considéré comme une caution au régime totalitaire algérien.

Cette mise au point du président du RCD a été un véritable catalyseur pour une prise de conscience mondiale quant aux atteintes aux droits de l’homme, à la liberté d’expression et à l’exercice politique libre.

En effet, le rapport de force au niveau de l’opinion internationale est parfaitement renversé en faveur du hirak après la pertinente sortie de M. Belabbes qui a fait réagir plusieurs organes de presse des quatre coins du monde.

La lettre adressée par l’opposant Karim Tabbou ainsi que d’autres dénonciations de la sortie de Macron ont travaillé aussi dans le même sens et amplifié les effets positifs en faveur de la révolution du sourire.

L’aboutissement de ce processus engagé par le président du RCD à une résolution du parlement européen, qui dénonce les exactions, les dépassements, les emprisonnements et les atteintes aux libertés, a enfoncé la position déjà inconfortable du pouvoir de fait au niveau international.

Les interventions de quelques députés européens lors du débat sur l’Algérie, ont été de véritables réquisitoires contre le régime et des soutiens clairs au peuple algérien.

L’opinion nationale déjà acquise au hirak dans sa majorité vient d’être renforcée par celle internationale.

Désormais, le régime algérien a bel et bien perdu la bataille des deux opinions.
Sommes-nous devant les signes de sa chute imminente ?

Moussa Nait Amara

%d blogueurs aiment cette page :