Le wali de Bouira qualifie un élu du FFS de «minable», les élus du RCD et du FFS se retirent et exigent des excuses publiques

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’ouverture de la nouvelle session de l’APW de Bouira a connu des remous à cause d’une altercation verbale entre un élu du FFS et le wali après que ce dernier ait demandé à l’élu d’éteindre son téléphone, le soupçonnant de faire un live sur son réseau social.

Dans un échange verbal houleux entre l’élu et le wali, ce dernier a traité en pleine séance l’élu du FFS, M. Hamid Chechoua en l’occurrence, de  “minable”, explique un élu de l’APW à Ameslay.

Il n’en fallait pas plus pour voir les élus du FFS, du RCD et un élu de TAJ quitter la salle en signe de protestation.

Alors que l’APW continuait la séance d’inauguration, les élus protestataires se sont réunis en marge pour décider de boycotter la plénière jusqu’à ce que le wali retire officiellement le mot “minable” lancé à l’encontre de M. Chachoua et présenter des excuses publiques.

A la fin de la cérémonie d’inauguration, les élus protestataires ont vivement interpellé le wali sur “cet écart de langage envers un élu du peuple”, nous confie notre source. Le président du groupe RCD, Meziane Chabane, a exigé du wali des excuses publiques, tout en lui rappelant que les séances de l’APW, en vertu de l’article 26 du code wilaya, sont publiques et la diffusion sur les réseaux sociaux de son allocution est permise par l’esprit même dudit article.

Notre source affirme que le wali n’est pas à sa première protestation contre l’enregistrement de son intervention au niveau de l’APW. Par le passé, il avait vivement protesté contre les journalistes des TV pour avoir installé leurs micros sans avoir demandé au préalable son autorisation.

Arezki Lounis

 

 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :