Usurpé dans plusieurs wilayas: le sigle LADDH devient un passe-partout pour des faussaires

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Un communiqué dénonçant « le complot des feux de forêt », un autre annonçant l’organisation des cours « d’apprentissage du Coran » et des déclarations contraires aux droits de l’homme. Le sigle de la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) est usurpé par de nombreux faussaires à travers le pays.

Profitant d’une situation du gel de l’agrément de l’organisation depuis l’éclatement du conflit entre Hocine Zahouane et des membres du comité directeur en 2007, ces usurpateurs n’hésitent plus à se servir du sigle de la LADDH pour des objectifs douteux.
Si l’escroquerie était limitée, dans un premier temps, à Chlef et à M’Sila où des individus se sont autoproclamés « dirigeant de la LADDH », le phénomène s’est élargi à de nombreuses wilayas désormais. Et personne ne peux mettre un terme à leurs agissements.

Ce phénomène a suscité, aujourd’hui, la réaction du vice-président de la LADDH (aile de Hocine Zahouane), Saïd Salhi.

« À défaut de domestiquer la société civile, le pouvoir crée sa propre société civile. En fait plusieurs sections sont créé dans les wilayas et agissent sur les réseaux sociaux et au côté des autorités dans certaines localités à visages découverts et de manière illégale, en usurpant le logo de la LADDH, sans que nous puissions agir ou saisir la justice, pour le fait que le pouvoir par le biais du ministère de l’intérieur refuse jusqu’à présent de répondre à la demande d’enregistrement de l’agrément-conformité de la LADDH », explique Saïd Salhi dans un communiqué rendu public aujourd’hui.

Et d’ajouter : « Mais à observer ces agissements nous comprenons bien à quoi veut le pouvoir réduire la LADDH; à une association qui s’occupe de tout, sauf des droits humains, pourtant la situation est bien inquiétante ».

La LADDH, ajoute Saïd Salhi dans son communiqué, « tient à informer l’opinion publique que ces publications ou agissements n’engagent que ses auteurs, sponsors et commanditaires, tout en invitant à la vigilance ».

« Elle annonce sa non reconnaissance de ces pseudos sections, et dénonce cette énième manœuvre du pouvoir », affirme-t-il.

Massinissa Ikhlef 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :