- Advertisement -

Avec 60 milliards de dinars de dépôt de garantie, L’ENIEM bénéficie uniquement de six milliards de crédit

L’entreprise nationale d’industrie électroménagère de Tizi-ouzou, à l’arrêt technique depuis une semaine, n’a bénéficié d’aucune ligne de crédit conséquente. DJILALI Mouazer, PDG, a affirmé hier sur une chaîne privée que son entreprise a eu juste six milliards de dinars de crédit à long et à court terme, alors qu’elle a remis à la banque environ 60 milliards de dinars en garanties.

« Nous avons déposé 10 fois ce que la banque nous a accordé », souligne M. Mouazer qui révèle que l’entreprise devait convaincre la banque pour lui donner un fonds de roulement, d’exploitation pour faire face au 1er trimestre 2021.

« L’ENIEM avait des délais de paiement de 9 mois. On devait donc payer en mars 2021, mais la banque a commencé à nous débiter dès le mois de mai », explique le PDG, en ajoutant : « Nous voulons une solution qui va sauvegarder les emplois, la région a besoin de cette entreprise et on ne veut pas licencier, sauf s’il n’y a vraiment aucune solution ».

Le ministre de l’industrie qui visité, au début du mois d’octobre, l’entreprise avait assuré que ce fleuron national de l’industrie électroménagère répond aux critères de l’intégration qui le rend éligible à toutes les aides de l’Etat. Depuis, le ministre a fait marche arrière en tonnant devant les députés que l’ ENIEM trouvera sa solution au guichet bancaire. 

Sous la pression des travailleurs et la levée de boucliers dz l’opinion publique locale, une délégation ministérielle s’est rendue le 02 décembre au complexe. Aucune information n’a filtré jusque là sur ses conclusions. 

Sofiane Seghir 

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :