Début de vaccination en Janvier : Agitation sous l’effet de surprise ou démarche sereine et réfléchie ?

Le premier ministre Abdelaziz Djerrad s’est réuni, ce lundi ,avec quelques ministres dont celui de la santé, de la réforme hospitalière et de l’industrie pharmaceutique , des membres du comité scientifique, le directeur de l’ANSS et des représentants du MDN, pour débattre de l’instruction donnée hier par Abdelamdjid Tebboune relative au choix du vaccin anti-covid que doit acheter l’Algérie et arrêter le plan de vaccination.

Lors de cette réunion, Abdelaziz Djerrad qui semble pris de court par l’instruction présidentielle a ordonné la mobilisation de tous les moyens nécessaires pour acquérir le vaccin et mettre en place les mesures adéquates pour débuter la vaccination au début du mois de janvier.

Le communiqué du premier ministère indique que le comité scientifique a arrêté déjà une liste de laboratoires ayant développé le vaccin et que les contrats sont en phase de finalisation pour recevoir les premières commandes.

Le premier ministère ne révèle évidemment pas les noms des laboratoires retenus par le comité scientifique ni les noms des vaccins choisis et leur nombre. Chose encore plus curieuse, il y a quelques jours, le premier ministre et le ministre de la santé déclaraient que le comité scientifique est encore à l’étude des offres et que rien ne presse pour choisir dans la sérénité le vaccin le plus sûr et le plus efficace. Quand est-ce que la liste des laboratoires a été arrêtée et les contrats ( à finaliser ) engagés ? Personne n’en a parlé jusque là.

Plus curieux encore, la réunion a été tenue en l’absence du ministre de l’intérieur ( du moins son nom n’a pas été cité par le communiqué du PM ). Or, le ministre de l’intérieur chapeaute la deuxième commission chargée de la préparation de la logistique et la sécurité de la campagne de vaccination. Qui a alors présenté l’état des lieux de ce chapitre si important à sa place ?

Le moins que l’on puisse dire de ces initiatives enregistrées ces dernières 24 heures est qu’ils relèvent plus de l’agitation sous effet de surprise provoquée par Tebboune que de la démarche sereine et réfléchie requise par la gravité de la situation.

Arezki Lounis

 

%d blogueurs aiment cette page :