- Advertisement -

Fin d’un faux suspens: le gouvernement annonce l’acquisition du vaccin russe “Spoutnik V”

 

C’est la fin d’un faux suspens. N’ayant pas beaucoup de choix, le gouvernement annonce, après des semaines d’hésitation, sa décision d’acquérir le vaccin russe « SpoutnikV ».

L’annonce a été faite, ce mercredi 30 décembre, à l’issue de la réunion hebdomadaire de l’exécutif. Selon un communiqué du gouvernement, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid a annoncé, à l’occasion de cette réunion, la signature d’un « contrat de gré à gré simple pour l’acquisition du vaccin contre la Covid-19 avec un laboratoire russe, et ce en concrétisation de la décision du président de la République d’entamer l’opération de vaccination à partir de janvier prochain ».

Il a ajouté que l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a entamé une « série de discussions avec la société russe qui produit le vaccin Spoutnik V, alors que des pourparlers se poursuivent avec d’autres parties étrangères ».

Sur quoi repose ce choix ? Combien de pays au monde ont-ils décidé d’acheter ce vaccin russe ? L’Algérie pourrait être le seul client du centre national russe d’épidémiologie et de microbiologie Gamaleya.

Le prix du vaccin russe est, faut-il le rappeler, fixé à 10 dollars la dose. C’est peut être le seul critère qui a motivé la décision du gouvernement. Même si la nature de la logistique de transport et de conservation des vaccins les plus prisés du monde développé ont aussi poussé vers les portes russes. Celui développé par Pfizer-BioNTech, par exemple, requiert une chaîne de froid que le système sanitaire Algérien, qualifié par le chef de l’Etat, à l’occasion d’une lancée populiste, de meilleur en Afrique et dans la région MENA, ne peut assurer.

Ikhlef Massinissa 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :