Il sera inhumé mercredi : Mgr Henri Teissier retrouvera Notre-Dame d’Afrique

 

Décédé mercredi dernier d’un AVC à Lyon, en France, Mgr Henri Teissier sera inhumé mercredi prochain au niveau de la Basilique Notre-Dame d’Afrique à Alger.

Il sera enterré inhumé dans l’intimité dans la Chapelle Sainte Monique à côté du Cardinal Duval, a précisé, aujourd’hui, l’archevêché d’Alger.

Selon la même source, la dépouille du religieux sera rapatriée mardi par avion cargo d’Air Algérie. Un accueil lui sera réservé à l’aéroport international Houari-Boumediene d’Alger à 14h40.

Selon la même source, une cérémonie religieuse est prévue le jour même à la Basilique Notre-Dame d’Afrique à 17h00. Celle-ci sera retransmise en direct sur la page Facebook de la Basilique (https://www.facebook.com/notredameafrique) et pourrait être suivie depuis l’esplanade de la Basilique par haut parleur.

« Ces dispositions ont été prises du fait que les places seront très limitées en raison de la situation sanitaire (Covid-19) », précise l’archevêché d’Alger.

Selon le programme de recueillement pour la journée de mercredi, il est possible de se recueillir devant la dépouille et d’écrire sur le Livre d’or, entre 9h et 10h45. A 11h, un hommage officiel sera rendu au défunt, toutefois l’accès à l’intérieur de la Basilique demeure limité.

En ce sens, il sera possible d’écouter les prises de parole depuis l’esplanade ou de suivre l’hommage sur la page Facebook de la Basilique.

De 12h à 15h45, il sera également possible de se recueillir devant la dépouille, de signer le livre d’or et de rencontrer les membres de la famille Teissier, les quatre évêques d’Algérie et des membres de l’Eglise.

La cérémonie sera clôturée par l’inhumation à 16h00 de Mgr Teissier.

Selon toujours la même source, durant les jours suivants, il sera possible de se recueillir sur la tombe du père Teissier pendant les heures d’ouverture de la Basilique.

Pour rappel, l’ancien archevêque d’Alger est décédé mardi dernier à Lyon à l’âge de 91 ans. Il était connu pour son attachement profond à l’Algérie, dont il obtient la nationalité en 1965.

Massinissa Ikhlef

%d blogueurs aiment cette page :