- Advertisement -

Prolongation de la détention provisoire de Rachid Nekkaz : La réponse du ministère de la justice

 

Le ministre de la justice s’exprime sur l’affaire de la prorogation de la détention provisoire de l’activiste Rachid Nekkaz qui avait adressé, au début du mois en cours, une lettre au garde des sceaux, Belkacem Zeghmati.

Dans un communiqué rendu public, aujourd’hui, le ministère de la justice affirme avoir ouvert une enquête suite à la lettre qui a conclu « à la légalité de la procédure ».

«L’ordonnance du juge d’instruction frappée d’appel dans le cas d’espèce est une ordonnance de règlement et une telle ordonnance au sens de l’article 166 du code de procédure pénale, au cas où elle venait à être portée devant la chambre d’accusation, alors que le prévenu faisait l’objet d’une détention provisoire, le mandat de dépôt ou d’arrêt décerné à son encontre par la juridiction d’instruction, continue à produire ses effets jusqu’à ce qu’il ait été statué par la juridiction du renvoi ; par statuer il ya lieu d’entendre rendre une décision sur le fond », lit-on dans ce communiqué.

Selon le ministère de la justice, « par son arrêt du 05 avril 2020, il est clair que la chambre d’accusation n’avait pas statué sur le fond mais a rendu un arrêt avant dire droit en ordonnant un complément d’information conformément aux dispositions des articles 186 et 190 du code de procédure pénale ».

«En jugeant ainsi, la chambre d’accusation avait laissé l’ordonnance du juge d’instruction en suspens et par conséquent le mandat de dépôt décerné par ce dernier en date du 04 décembre 2019 conservait toujours sa force exécutoire et la chambre d’accusation n’était nullement dans le besoin d’ordonner une prolongation de la détention provisoire du prévenu », précise encore la même source.

La lecture conjuguée des articles 166, 186 et 190 du code de procédure pénale, indique le ministère, « nous permet d’avancer, sans risque de nous tromper, que la détention provisoire du nommé Nekkaz Rachid est parfaitement légale et ne souffre d’aucune irrégularité, combien même la chambre d’accusation ait ordonné sa prolongation avec effet rétroactif tel que spécifié par l’intéressé, cette mesure, étant sans objet, n’est d’ aucun incident juridique quant à la détention provisoire, laquelle était reconduite de plein droit ».

« Pour clore ce chapitre relatif à la détention provisoire du prévenu Nekkaz Rachid, il n’est pas sans intérêt de mentionner que la chambre d’accusation de la cour d’Alger s’est complètement conformée aux dispositions de l’article 197 bis du code de procédure pénale lui prescrivant la nécessité de rendre sa décision sur le fond dans un délai ne dépassant pas, dans le cas d’espèce, les 04 mois », souligne encore le département de Belkacem Zeghmati.

Pour rappel, Rachid Nekkaz et ses avocats ont dénoncé une violation de la loi par la justice qui a décidé de proroger sa détention « par effet rétroactif ».

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :