RCD : La construction d’un front intérieur passe par la garantie des droits constitutionnels des citoyens

Le RCD ne s’encombre pas de discours de bienséance lorsqu’il s’agit d’aborder la situation dramatique des droits de l’homme en Algérie. Dans son communiqué diffusé aujourd’hui, le parti progressiste constate avec regret la poursuite de la politique de fermeture des champs politique et médiatique et la répression des libertés fondamentales au mépris des lois et de la constitution en vigueur.

Pour le RCD, “ Rien ne peut justifier la criminalisation de l’expression d’une opinion ou de l’activité politique pacifique. Comme rien ne peut justifier la censure et l’emprisonnement de journalistes”.

“ Il est nul besoin d’enquêtes, d’investigations ou de résolutions pour savoir que les atteintes aux droits humains par les organes gouvernementaux algériens sont récurrentes, massives et assumées”, dit le communiqué qui sanctionne une réunion ordinaire du secrétariat national du parti.

Le parti de Mohcine Belabbas dénonce avec force le pouvoir qui joue la victimisation et le recours inconsidéré à la main de l’étranger.

“ C’est d’autant moins inopérant et moins crédible quand on se tait devant les propos d’un chef d’État étranger, Emmanuel Macron, pour ne pas le nommer, lorsqu’il déroule pour nous le programme de Teboune auquel il assigne de mener une transition.” souligne le RCD.

Dans le communiqué du RCD, il y a comme une réponse franche et pédagogique à l’éditorial de la revue d’El djeich qui exhorte les Algériens à faire front uni dans ce contexte de grande tension géopolitique dans la région. Le secrétariat national du parti, fidèle à son discours de vérité, a en effet rappelé , à qui veut entendre, que “ Quand on veut ou qu’on aspire à construire un « front intérieur », on commence d’abord par garantir et protéger l’exercice des droits constitutionnels des citoyens et œuvrer à résoudre des situations de non droits lorsqu’elles sont héritées d’une période antérieure”.

“ Pour le RCD, aucun homme, aucune institution ne peuvent se substituer  à la volonté du peuple algérien et prétendre dans le même temps mener un projet de rénovation de l’Etat pour restituer les droits fondamentaux et les richesses du pays à la communauté nationale. Un tel chantier ne peut être mené à bien sans une transition pacifique et démocratique qui prépare les conditions de l’expression de la volonté du peuple souverain.”

Le communiqué du RCD  rappelle, enfin, que “ les millions d’Algériennes et d’Algériens qui ont manifesté pacifiquement durant plus d’une année ont clamé et affirmé leur attachement à l’unité de la nation, aux libertés démocratiques, au respect des droits humains, au pluralisme politique, la fin du truquage des élections, la promotion des langues algériennes, l’éloignement de la politique du religieux, une décentralisation territoriale effective… En somme un consensus sur le socle de l’Algérie de demain.”

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :