- Advertisement -

La non-violence algérienne et la violence américaine

 

La violence qui vient de s’installer dans la scène politique américaine, comparée au pacifisme exemplaire de la révolution du sourire en Algérie, vient de mettre fin à une classification absurde du comportement des peuples.

La tendance générale était celle qui présentait l’occident civilisé et les peuples du sud non aptes à la pratique démocratique dans le calme et la sérénité.

Le mythe de la supériorité occidentale en terme de citoyenneté vient de s’évaporer sous l’effet d’un vent d’une extrême droite qui démontre de plus en plus que la violence n’a pas d’adresse et que le pacifisme n’est l’apanage d’aucune communauté aussi développée soit-elle.

Les détracteurs de l’exemplaire hirak algérien et les négateurs de soi doivent se rendre à l’évidence et cesser d’insulter et de décourager les hirakistes.

La voie tracée par ce mouvement populaire est juste et elle s’est hissé à la hauteur des grandes révolutions qui ont marqué l’histoire de l’humanité.

La seule donne qui fait défaut pour permettre à notre pays d’accéder à un État de droit est le régime totalitaire qui s’entête à réfuter le changement et l’épanouissement de l’Algérie.

C’est pour cette raison qu’un consensus dont l’objectif est de dégager ce système est plus que jamais prioritaire.

En dépassant cette caste au pouvoir, nous pouvons être une démocratie des régions tout comme l’Amérique mais sans Trump.

Moussa Nait Amara

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: