RIPOSTE INTERNATIONALE alerte l’opinion internationale sur la dégradation de la situation des libertés en Algérie

 

Dans une déclaration rendue publique hier 11 janvier, L’ONG RIPOSTE INTERNATIONALE dresse un tableau noir de la situation des droits de l’homme et des libertés en Algérie. Elle alerte l’opinion internationale sur cette grave dégradation et  l’amplification de la répression.

Pour RIPOSTE INTERNATIONALE, « la nouvelle année 2021 s’ouvre en Algérie sur la répression dont le bilan est des plus lourds. Après un an de mobilisation citoyenne massive et pacifique et un an de crise sanitaire, le régime n’a ménagé aucun effort, pandémie aidant, pour étouffer la contestation citoyenne par le verrouillage des médias publics et privés y compris la presse électronique, l’instrumentalisation sans précédent de la justice et l’emprisonnement de plus de 90 personnes pour des faits liés au Hirak ».

L’ONG cite plusieurs cas d’intimidations judiciaires à Béjaia, Setif, Mostaganem, Guelma et plusieurs autres wilayas.

Elle rappelle aussi qu’une étudiante « a été séquestrée et violentée au sein même du consulat algérien de Créteil 17 décembre 2020 pour avoir sollicité une aide sociale à la suite de la dégradation de sa situation sociale. L’affaire est entre les mains de la justice ».

RIPOSTE INTERNATIONALE estime » qu’au lieu de chercher une sortie de crise et d’instaurer un climat d’apaisement, le régime, fidèle à ses pratiques dictatoriales, préfère le pourrissement ouvrant la voie dangereusement à un risque de dérive violente de la crise ».

Moussa N.A

%d blogueurs aiment cette page :