Une pétition est lancée : mobilisation contre la chasse aux femmes militantes

 

Un collectif de femmes hirakistes vient de lancer une pétition pour soutenir les femmes militantes poursuivies en justice et incarcérées.

«Ne laissons pas les femmes détenues, seules face à leur destin », est le thème choisi par les initiatrices de cette démarche pour attirer l’attention sur le sort réservé à ces femmes, dont le seul tort est d’avoir participé et soutenu le Hirak.

« Pour son opposition à l’élection présidentielle forcée, Dalila Touat, professeur au lycée de Mostaganem, vient d’être condamnée à 18 mois de prison ferme. Sa vie est en danger, 14 jours de grève de la faim en hiver c’est trop, Ne gardons pas le silence par indifférence, ou par lâcheté. La grève de la faim est un ultime sacrifice », notent les initiateurs de cette pétition.

Le texte de la pétition rappelle aussi les cas de Namia Abdelkader, professeur d’éducation physique à Tipaza et bien d’autres femmes incarcérées avant.

« Elles ne sont ni des criminelles, ni des voleuses, ni des égarées. Elles sont incarcérées comme tous les algériens détenus pour leur opinion, elles se battent contre la hogra et pour un Etat de Droit, de justice et de démocratie », précise le même document.

Loin de leurs proches et de leurs familles, ces femmes croupissent dans les geôles de l’oppresseur, pour la dignité, la liberté et l’honneur de nous tous et la justice pour tous.

« Ne pensons pas que ça n’arrive qu’aux autres. Nous sommes tous concernés par leurs sorts et de tous les détenus pour leurs opinions. Agissons vite, agissons ensemble pour sauver les femmes détenues d’opinion. Agissons contre la chasse aux femmes militantes », appelle encore les initiatrices, dénonçant les persécutions judiciaires et policières qui doivent cesser aujourd’hui et non demain.

« Cela est possible avec la solidarité dans l’action de nous tous », ajoutent les initiatrices.

Massinissa Ikhlef 

%d blogueurs aiment cette page :