106ème vendredi à Béjaia : Une grandiose marche malgré un dispositif impressionnant de répression

 

Du jamais vu à Bejaia ce matin, un dispositif policier de répression impressionnant a été dressé tôt le matin autour de la place de la maison de la culture Taous Amrouche, lieu habituel du départ de la marche cyclique du vendredi.

Des activistes connus comme l’ex-détenu Amar Berri ont été interpellés au barrage de Bir Slam, d’autres ont été violentés aux alentours de la maison de la culture.

À 13h30, le rapport de force est renversé en faveur des manifestants et une marée humaine occupe la placette pour entamer une grandiose marche digne des premiers vendredi du hirak.

Même détermination, mêmes revendications, mêmes mots d’ordre et même pacifisme tout au long du boulevard de la Liberté.

La présence féminine était remarquable et l’ambiance révolutionnaire qui rappelle le caractère démocratique de la révolution du sourire était assurée.

Béjaia a démontré aujourd’hui que le hirak a bel et bien repris pour faire aboutir la revendication de rupture radicale avec le système et celle du passage vers un État de droit à travers une transition démocratique.

Moussa N.A

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :