Climat tendu à Alger et début des marches anti-régime dans plusieurs wilayas

La journée de ce deuxième anniversaire du soulèvement populaire pour le changement radical du régime et l’instauration d »Etat civil, démocratique et social s’ annonce très tendue.

Dans la capitale, hermétiquement fermée depuis hier aux Algériens de l’intérieur du pays, connaît une présence policière et sécuritaire plus dense que celle vécue lors de la bataille d’Alger lors de la révolution de libération.

Toutes les grandes artères et places de la capitale sont investies par des contingents de policiers anti émeutes extrêmement attentifs à tout ce qui bouge.

Comme d’habitude depuis le début de la répression du Hirak, le siège du RCD, parti démocrate foncièrement engagé dans la révolution en cours, est assiégé depuis les premières minutes de cette journée historique.

À l’intérieur du pays, les premières marches sont enregistrées à Labiod Sidi Cheikh, Sétif, Bouira, Tebessa, Mostaganem, Adrar, Mila, Tlemcen, El Oued, Béjaia, Tizi-ouzou. Dans ces deux dernières villes, les avocats ont investi les rues pour exprimer leur adhésion aux revendications du changement radical du régime mais aussi pour dénoncer les pressions et le peu de considération réservée au corps des robes noires.

À Bouira, des sources locales nous ont fait part de l’arrestation de l’élu RCD, Chabane Meziane, alors qu’il se rendait à la marche populaire grandiose qui se déroule actuellement dans la ville de Bouira.

Chabane Bouali

%d blogueurs aiment cette page :