Dalila Touat et Naïma Abdelkader : Dix organisations féministes réclament leur libération

 

Dix organisations féministes réitèrent, à nouveau, leur appel à la libération de Dalila Touat et Naïma Abdelkader. « Nous, féministes Algériennes, dénonçons vigoureusement la détention arbitraire de Dalila Touat, le harcèlement judiciaire qu’elle subit depuis des années, ainsi que les conditions inadmissibles de son emprisonnement », affirment les dix organisations dans un communiqué rendu public.

Elles rappellent que « Dalila Touat, ancienne porte-parole des chômeurs et des chômeuses, membre du comité national pour la défense des droits des chômeurs, a défendu courageusement le droit au travail dans notre pays, un droit fondamental consacré par la constitution ».

Ce faisant, les signataires s’inquiètent pour la santé de la militante. « Nous sommes très inquiètes pour Dalila Touat qui s’est remise en grève de la faim afin de dénoncer sa détention injuste et les conditions intolérables de son emprisonnement : propos injurieux, mauvais traitement et intimidations selon la presse, ses avocats, et sa famille. Nous tiendrons pour responsables les autorités pour toute détérioration éventuelle de son état de santé », lit-on dans ce communiqué.

Poursuivant, les responsables des organisations signataires exigent la libération immédiate et inconditionnelle de Dalila Touat et de Naïma Abdelkader ainsi que le respect et la consécration effective de leurs droits fondamentaux ; droit au travail, respect et protection de l’intégrité morale et physique de tous/ toutes les détenus.e.s, droit à la liberté d’expression et à un procès juste et équitable.

Parmi les signataires, rappelons-le, il y a les « femmes Algériennes pour un Changement pour l’Egalité, Réseau Wassila, le Collectif Libre et Indépendant des Femmes de Bejaia, le Collectif des Femmes de Constantine, RAFD – Rassemblement Algérien des Femmes Démocrates et Djazairouna- Association des Familles Victimes du Terrorisme».

Massinissa Ikhlef

%d blogueurs aiment cette page :