Le peuple Algérien redémarre sa révolution : Le pouvoir est dans l’impasse

La trêve sanitaire de plusieurs mois n’a pas opéré une rupture de lien entre le peuple Algérien et sa révolution enclenchée le mois de février 2019 pour réclamer le changement radical du système, le départ de tous les hommes ayant servi le régime et l’instauration d’un vrai État de droit, démocratique et social.

Ce lundi, des foules immenses ont investi la majeure partie des villes Algériennes pour réaffirmer leur attachements aux revendications de changement dont aucune n’a trouvé un semblant de réponse jusque là, à l’exception du départ de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika et une infime partie de son entourage.

Lors des grandioses marches de ce lundi qui marquent le retour de la révolution, le peuple Algérien a clairement notifié aux tenants du régime qu’il n’est pas sorti massivement pour fêter un anniversaire mais pour poursuivre sa révolution pacifique jusqu’au recouvrement de son indépendance et le retour à la s’ouvre populaire.

Les manifestants ont dénoncé fortement le pouvoir réel des généraux et ont réclamé un État civil et non militaire.

Durant cette journée, les médias publics se sont distingués par la plus vile des désinformations. La télévision nationale a carrément engagé une opération de propagande à la faveur du régime en tentant maladroitement de présenter la journée révolutionnaire de ce lundi comme étant celle des festivités célébrant la fusion du peuple à son armée. Pourtant de Tlemcen à Tebessa, d’Alger à Adrar, les manifestants crient : “ on n’est pas sortis pour défiler mais pour que vous dégagiez”.

Les tenants du pouvoir vont-ils ce soir revoir leur copie et se mettre à l’heure du peuple ? Une chose est sûre : les marches d’aujourd’hui donnent la preuve que rien n’est réglé et que le pouvoir est dans l’impasse.

Arezki Lounis

%d blogueurs aiment cette page :