Le procès du penseur et islamologue réformiste Said Djabelkhir reporté au 1er avril

Le tribunal de Sidi M’hamed a reporté le procès de l’islamologue Said Djabelkhir, prévu ce jeudi, au 1er avril prochain.

Le chercheur en domaine d’islamologie est poursuivi en justice par un groupe d’individus conduits par un enseignant universitaire se présentant comme dépositaire de la foi islamique et défenseurs d’une lecture théologique qu’ils jugent sacrée et indiscutable.

L’universitaire Djabelkhir s’est distingué ces dernières années par la publication de contenus remettant en cause une bonne partie de l’héritage intellectuel musulman relatif à la religion, en l’estimant dépassé par le temps et en déphasage avec les réalités vécues actuellement par le monde musulman.

L’intellectuel qui s’inscrit dans le courant intellectuel réformiste, partant du principe de l’Ijtihad consacré par le texte sacré même, défend l’idée de devoir réactualiser les lectures et exégèses datant souvent des siècles anciens et réadapter les interprétations coraniques à la lumière des données civilisationnelles,culturelles et sociétales des temps modernes et renouveler la bibliothèque islamique avec des productions intellectuelles modernes.

Cette vision réformiste dérange apparemment les tenants des anciennes khitbas et les gardiens du temple rigoristes des temps éculés . D’où cette action en justice pour priver ce penseur de la liberté d’expression et le droit de développer des idées réformistes.

L’enregistrement de la plainte par le tribunal de Sidi M’hamed a été largement dénoncé par les milieux intellectuels, politiques et culturels progressistes du pays et à l’étranger. La décision de programmer un procès des idées de Said Djabelkhir par le tribunal d’Alger, malgré son incompétence en la matière, est interprétée par les juristes comme une mutation du tribunal de droit positif en tribunal d’inquisition.

Ce matin, plusieurs avocats se sont présentés au tribunal de Sidi M’hamed pour défendre le penseur et islamologue Said Djabelkhir. Ils comptent revenir aussi nombreux le 1er avril prochain pour plaider son droit à l’expression et à la production intellectuelle.

Arezki Lounis

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :