Abderahmane Hamouche coordinateur régional des JP-RCD à Béjaia : La démocratisation de l’université est la jonction entre la masse estudiantine et les militants politiques

 

 La reprise de la marche cyclique du vendredi est effective, celle universitaire du mardi, c’est pour quand?

A. Hamouche : En somme, personne n’est en mesure de prédire avec exactitude le moment où la masse estudiantine recouvrira sa capacité mobilisatrice et ce pour une raison simple, à savoir l’instauration du système de retour en vague qui, loin de servir l’intérêt de l’étudiant ou d’endiguer la propagation de la covid 19, n’est qu’un moyen de museler la parole et donc de faire taire toutes les voix dissidentes au sein de la communauté universitaire, ceci étant dit, un travail de sensibilisation s’opère en ce moment même au sein de l’université , cela a abouti à une reprise timide des manifestations.

La reprise des conférences-débats au sein de l’université de Béjaia est-elle à l’ordre du jour?

A. Hamouche : Comme je viens de le dire , l’université de Béjaïa éprouve énormément de difficulté , à réenclancher une dynamique contestataire et ce pour des raisons que j’ai cité ci dessus.
Toute fois des débats quotidiens se tiennent dans l’objectif de dégager une feuille de route et un plan d’action qui permettrait à la communauté estudiantine de se réapproprier l’université.
Les deux points qui reviennent avec insistance dans chaque débat sont :
la reprise des manifestations et l’organisation d’un cycle de conférences-débats-débats.

En tant que responsable d’une structure de jeunes rattacher à un parti politique, comment se porte la relation université / classe politique ?

A. Hamouche : En premier lieu l’université et la classe politique ont de tout temps entretenu une relation de complémentarité et ce malgré les intrigues d’un pouvoir despotique et de ses sous-traitants qui se sont toujours voués avec acharnement à depolitiser ce lieu de savoir .
En second lieu , depuis le début de la révolution du sourire , la masse estudiantine fut obligée de réinvestir le terrain politique en adoptant tantôt un discours démagogique, tantôt un discours constructif en abordant la question partisane .
En troisième lieu , les structures politique affiliés à l’université s’adonnent constamment à recentré le débat à la fois autour d’une alternative politique effective mais aussi sur la démocratisation de l’université , chose qui constituent un point de jonction entre la masse estudiantine et les militants politiques.

Entretien réalisé par Moussa Nait Amara

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :