Affaire El Kadi Ihsane : Maitre Sadat dénonce une grave atteinte à la liberté de la presse

Le journaliste et directeur de Radio M, El Kadi Ihsane, a été relâché après son audition par la gendarmerie et le procureur près le tribunal de Sidi M’hamed, sur une question liée à l’exercice de son métier.

Le moins que l’on puisse dire de cette procédure est qu’elle est contraire aux dispositions de la constitution qui garantit la liberté de la presse.

L’ex-deputée RCD, Maitre Fetta Sadat, a  dénoncé ce soir “ une grave atteinte à la liberté de la presse pourtant garantie par la Constitution Algérienne” .

“Ceci constitue également une lourde entrave au droit du citoyen à l’information, un droit tout aussi consacré, de manière grandiloquente par la même loi fondamentale du pays”, ajoute encore Maitre Sadat.

La secrétaire nationale du RCD aux droits de l’homme estime que “ cet autre abus de la part d’un système qui excelle dans les procédés à employer pour étouffer toute voix discordante pose avec acuité la lancinante question de la détérioration de la situation des droits humains dans notre pays”. 

Pour elle, “ la liberté de la presse est le socle fondamental du droit à l’information et le corollaire essentiel de la liberté d’expression” . 

“La négation de ces droits et libertés est l’illustration d ‘un autoritarisme et d’un despotisme outranciers qui ne peuvent mener qu à de sombres derives”, conclut la responsable du RCD.

Arezki Lounis 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :