Après Walid Nekkiche : Sami Dernouni, une autre victime de la torture dans la caserne Antar

Encore de la torture à la caserne des services de la sécurité intérieure, connue sous le nom d’Antar. Après le cas Walid Nekkiche qui a suscité de vives réactions, obligeant la justice à ouvrir une enquête, une autre affaire refait surface.

Un détenu du Hirak, très connu à Batna, affirme avoir lui aussi subi des sévices dans la même caserne durant sa longue garde à vue. Il s’agit de Sami Dernouni, arrêté en décembre 2020 et jugé mardi par le tribunal de Tipaza.

Selon les avocats, le jeune a affirmé, devant le juge, qu’il a été torturé dans les locaux de la caserne ‘’Antar’’. «Sami Dernouni a fait des déclarations très graves devant le juge et le représentant du parquet.

Il a affirmé qu’il ‘’a été déshabillé, battu, torturé au pistolet électrique Taser», déclare Me Ali Fellah, membre du collectif d’avocat de Sami Dernouni et de l’enseignante Namia Abdelkader.

L’accusé, indique-t-il, a affirmé que tous les « propos contenus dans le PV d’audition ne sont pas les siens ».

Membre du collectif de la défense, Me Abdallah Heboul précise que le dossier de Sami Dernouni est entaché de plusieurs « irrégularités ». 
Il cite notamment la privation du concerné du droit « à un examen médical ».

« Il a été maintenu en détention pendant 106 heures. Il est obligatoire de le présenter devant un médecin. Mais cela n’a pas été fait. Dans le PV, il est dit que l’interrogatoire a eu lieu à Blida, alors que Sami Dernouni dit qu’il a été maintenu en garde à vue à la caserne Antar qui est située à Alger », souligne-t-il, affirmant que ce dossier est vide.

Sami Dernouni est poursuivi pour «incitation à attroupement », « atteinte à l’unité nationale », « atteinte à la sécurité nationale ».

Pour rappel, lors du procès, le procureur a requis 10 ans de prison ferme à son encontre.

Massinissa Ikhlef 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :