Fondation Lakhdar Bouregaa : une cérémonie de lancement intrigante

 

Des officiels, des laudateurs du régime et des individus aux positions douteuses… Tous les exemples de l’opportunisme étaient là. Présents ! L’évènement ne les concerne pourtant pas. Il s’agit de la création de la fondation du moudjahid feu Lakhdar Bouregaa, un des détenus d’opinion que le pouvoir du fait accompli avait jeté en prison en 2019 pour un chef d’accusation saugrenu « d’atteinte au moral de l’armée ».

L’évènement qui s’est déroulé, ce lundi 15 mars à Alger, a vu la participation du conseiller du chef de l’Etat chargé des associations, Nazih Berramdane, du chef du parti islamiste, Abdelkader Bengrina, du responsable du mouvement proche du pouvoir, El Massar El Djidad, un certain Boudene qui est un transfuge du RND et d’autres encore parmi tous ceux qui ont observé le silence, voire soutenu son injuste emprisonnement pendant des mois à El Harrach.

Tout ce monde a pris place au devant de la salle pour passer sur les enregistrements des chaînes de télévision qui n’ont pas hésité, elle aussi, à traiter le baroudeur de la wilaya IV historique « d’usurpateur d’identité » et de « militant de parti aux positions changeantes ».
Curieusement, ni des représentants du FFS, parti dont il était un des fondateurs, ni des personnalités du Hirak qui l’ont soutenu jusqu’à sa sortie de prison n’étaient dans la salle.

La famille de Lakhdar Bouregaa ne les a-t-elle pas invités ? La mémoire du Moudjahid fait-elle l’objet d’un hold-up ? Intrigant…

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :