Législatives : le conseil national du RCD rejette à l’unanimité l’élection du 12 juin

Le RCD boycottera les prochaines élections législatives. Les membres du conseil national du parti, réunis aujourd’hui à Alger, a décidé de rejeter à l’unanimité cette échéance.

C’est ce qu’annonce Atmane Mazouz, secrétaire national chargé de la communication, sur sa page Facebook. La décision était prévisible, d’autant que le RCD, un acteur majeur du Hirak, s’oppose catégoriquement à la feuille du route du régime tendant à préparer la remise en selle du système finissant.

Dans son allocution prononcée à l’ouverture des travaux du conseil national, le président du Parti, Mohcine Belabbas, avait clairement dénoncé les manœuvres du pouvoir en place.

« Aujourd’hui, vouloir reconstruire l’Etat et la société avec les débris de l’ancien système ne peut avoir l’adhésion citoyenne et ne peut être synonyme d’une nouvelle Algérie. La crise de l’autorité et de légitimité et la paralysie des institutions rendent le dialogue politique inclusif indispensable pour construire un consensus démocratique et insuffler de la confiance, de l’optimisme et un renouveau politique dans la vie institutionnelle », déclare-t-il.

Et d’ajouter : « Celui-ci ne peut être réduit à des réceptions protocolaires, sans ordre du jour concerté, au cours desquelles le pouvoir présente à ces interlocuteurs des résolutions et des décisions inopérantes prises de façon unilatérale ».

Mohcine Belabbas critique, dans la foulée, le pseudo dialogue entrepris par le pouvoir avec des partis. « Des rencontres où le pouvoir fait semblant d’écouter et de dialoguer et les convives reçus font semblant d’arracher des concessions au point de se transformer en mégaphone du chef de l’Etat pour annoncer « les bonnes nouvelles ».

La rupture avec cette politique de mise en scène médiatique de la vie politique doit cesser. Elle est indispensable à la réussite de toute démarche de sortie de crise », lance-t-il.

Mohcine Belabbas rappelle, dans la foulée, le combat du RCD. «Notre combat s’inscrit résolument dans la social-démocratie et nos militants immergés dans le tissu social sont en phase avec le peuple, ses attentes, ses priorités et ses ambitions. C’est donc à nos militants et à nos électeurs que nous rendons des comptes », indique-t-il.

Le RCD milite pour, a-t-il précisé, la construction d’un Etat de droit démocratique dans lequel les exclusions et les stigmatisations de toutes sortes n’ont pas de place.

« Nous sommes un Rassemblement et comme tout parti social-démocrate nous sommes convaincus par la réforme comme moyen de progrès, par le dialogue comme valeur civilisationnelle cardinale et par la négociation comme instrument de règlement et de dépassement des conflits sociaux et politiques », souligne-t-il.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :