Les Algéroises investissent les rues de la capitale et réclament le départ du régime

En ce début de troisième année de révolution pacifique pour le changement radical du régime, la femme algérienne n’a plus l’esprit à la fête mais à la lutte pour le recouvrement de la souveraineté populaire et de l’indépendance politique confisquée depuis 1962.

Ce 8 mars, journée internationale de la femme, les Algéroises sont sorties en masse dire qu’elles ne sont là, dans la rue pour fêter mais pour demander au pouvoir de dégager et ouvrir la voie à une phase de transition politique constituante d’un État civil. 

Avec des slogans hostiles aux généraux ayant la mainmise sur le pouvoir politique et exigeant un État de droit , les femmes d’Alger dont des figures de lutte pour les droits de l’homme et du citoyen , telles que Maitre Fetta Sadat du RCD et Messaouda Chaballah du MDS, ont sillonné les boulevards adjacents à la place de la Grande poste.

La sortie des femmes Algéroises est un signe de plus que la révolution est en roue libre et que rien ne pourra l’arrêter avant la concrétisation de tous ses objectifs. 

Nadia Mehir 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :