Les cas se multiplient : La LADDH dénonce la torture en Algérie

Face à la multiplication des cas de torture enregistrés ces derniers temps dans les enceintes des services de sécurité, et dont certaines facettes sont dévoilées en partie par les victimes lors des procès, la LADDH monte au créneau et élève sa voix de dénonciation avant de rappeler le pouvoir ses obligations.

“ Plusieurs témoignages et révélations des militants, détenus du Hirak mettent en accusation les services de sécurités pour actes de torture lors de la garde à vue ou de la détention”, lit-on dans le texte de la ligue qui regrette qu’aucune plainte, aucun procès n’ait abouti.

“ La LADDH rappelle le pouvoir sa pleine responsabilité et ses obligations de respect de la dignité humaine, de la protection des citoyens et justiciables”, tout comme elle “ réitère sa demande urgente de faire justice et de donner suite aux plaintes judiciaires et enquêtes déjà enclenchées, particulièrement pour actes de Torture” .

“ L’obligation du respect de la loi, la torture est formellement interdite par la Constitution, le code pénal et la convention internationale contre la Torture ratifiée par l’Algérie”, rappelle le communiqué de la LADDH signé par son vice-président Said Salhi.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :