Les femmes Algériennes ont prouvé le caractère démocratique du Hirak

Il y a eu, dans ce 8 mars, comme une volonté des femmes Algériennes de rassurer l’opinion publique nationale et internationale que le Hirak est foncièrement démocratique et que les doutes émis par certains cercles militants ne sont que vues d’esprit.

Dans les rues d’Alger, de Tizi-ouzou, de Béjaia ou d’Annaba, les femmes Algériennes ont repris dans l’union et la convivialité tous les slogans démocratiques qui avaient émerveillé le monde les premières semaines de la révolution.

Djazair hourra démocratia, non au code de la famille, égalité hommes-femmes, mra thawra machi 3awra,… ont retenti sans que l’on enregistre aucune voix reprobatrice ni réaction de rejet.

Il suffit de lancer n’importe quel slogan, en Tamazight, en arabe ou en français, pour le voir repris en chœur par tout le carré d’où il a fusé. Sans calcul ni appréhension.

Les femmes voilées ou pas ont marché ensemble dans le même esprit, celui de devoir changer radicalement ce régime.

Avec courage, elles ont pointé du doigt la source du mal Algérien, celui-là même qui dirige la contre-révolution par l’action des réseaux clientelistes connus de tous.

Les marches de ce 8 mars ont dissipé les doutes autour cette révolution de février, affirmé son caractère démocratique et levé toutes les réserves.

Désormais, la voie est claire. Il appartient à chacun / chacune de l’empreinter avec ce peuple ou prendre les sentiers de la compromission qui ne mènent que vers la faillite politique et les marges de l’Histoire.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :