Les Oranais continuent de subir la répression policière

Les autorités administratives et sécuritaires d’Oran semblent déconnectées de la réalité Algérienne. Alors que dans certaines villes, les forces de police se sont tenues à l’écart des marches populaires, celles d’Oran continuent de réprimer la population Oranaise sortie en masse revendiquer le départ du pouvoir en place et l’instauration d’un État de droit.

Des unités de des forces anti-émeutes se sont déployées le long du parcours qu’empreinte le Hirak. Ils ont même dresser des cordons de sécurité empêchant la progression de la marche.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré la police utiliser des bombes lacrymogènes pour repousser les manifestants occasionnant des difficultés respiratoires pour quelques personnes âgées

Les manifestants ont gardé l’esprit pacifique du Hirak. Ils ont scandé les slogans habituels du Hirak et qui reflètent la diversité qui traversent la société Algérienne.

Le policier Toufik Hassani était à l’honneur durant ce 110 vendredi. Son nom a été largement scandé, par solidarité et en hommage à son engagement sans faille avec le peuple en lutte pour sa liberté.

Chabane Bouali

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :