Participant à la pression sur les opposants : Paris réactive l’accord de remise des personnes réclamées par la justice Algérienne

Le gouvernement français a levé le gel frappant l’activation de l’accord bilatéral portant extradition des personnes réclamées par la justice Algérienne.

La décision a été publiée dans le journal officiel de la République Française.

La réactivation de cet accord risque de provoquer une vague d’indignation des militants des droits de l’homme qui ne tarderaient pas assimiler cette décision à une volonté de Paris à aider Alger dans sa contre-révolution engagée pour faire taire le Hirak en lui livrant les opposants du régime établis en France.

Il est de notoriété publique que la justice Algérienne est un appareil de pression au seul service du pouvoir politique en place,et que sa propension démesurée à monter des dossiers contre les militants est un fait que les militants hirakistes vérifient quotidiennement.

Quand Paris annonce sa réactivation de l’accord signé en 2019, il est tout à fait légitime de penser que Emmanuel Macron, qui se réclame publiquement ami et soutien inconditionnel du chef de l’Etat Algérien, veut livrer toute voix qui dérange la feuille de route du pouvoir Algérien, ou du moins mettre les opposants récalcitrants sous la menace d’extradition vers Alger s’ils sont réclamés pourvu que les autorités Algériennes habillent la demande avec des accusations se rapportant au droit commun.

Depuis un temps Paris est agacé de la mobilisation hebdomadaire de la diaspora algérienne établie en France. Il a déjà montré ses dents en interdisant dernièrement une marche sous prétexte de risque terroriste. 

Chabane Bouali 

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :