Retraite des membres de conseil de transition: un ancien du CNT répond au sénateur Benzaïm et publie son relevé des émoluments

 

La polémique enfle entre le sénateur du FLN, Abdelouahab Benzaïm et des anciens membres du conseil national de transition (CNT). Les « révélations » faites par l’élu de l’ex-parti unique lors de son passage sur le plateau d’une chaîne de télévision privée sur les retraites des députés, des anciens ministres et des membres du CNT (1994-1997) continuent de réagir.

Alors que Abdelouahab Benzaim affirme que les membres du CNT perçoivent une retraite dorée de « 400 000 DA (40 millions de centimes) », un ancien de ce parlement de transition lui répond. Il s’agit de Ramdane Moula. « La retraite du membre du CNT jusqu’à 2012 est de trente-cinq mille dinars monsieur le Mouhafedh sénateur Benzaim », écrit-il sur sa page Facebook en publiant des relevés des émoluments détaillant les revenus qu’il perçoit au titre de pension de membre du CNT.

«Plus le mensonge est gros plus il passe. Honte à vous monsieur le Mouhafedh sénateur du FLN. Le salaire du membre du CNT à la fin du mandat était de 4 millions et non pas 40 millions. La retraite est 35 000 DA et non pas 40 millions », ajoute encore Ramdane Moula.

Citée nommément, au même titre que le président de Jil Jadid, Sofiane Djilali, la présidente de l’UCP, Zoubida Assoul a également réagi et dément les propos du sénateur du FLN. « J’étais vraiment triste quand j’ai vu ses déclarations. C’est un comportement désolant qui met l’image de l’Algérie au bas de l’échelle (…) voila ce que le FLN a produit ! », lance-t-elle.

Selon elle, Abdelouahab Benzaïm « a induit l’opinion publique nationale et internationale en erreur, en racontant les mensonges et les contre-vérités ». « Dire que j’ai un salaire de 400.000 dinars, c’est totalement faux ! Pendant que moi, j’essaie d’aider mon pays, comme je l’ai d’ailleurs toujours fait, en proposant les solutions pour sortir de l’impasse politique, eux (dont le sénateur Benzaim, ndlr) ils s’en prennent à moi pour tenter de dévier les objectifs de la révolution pacifique », ajoute-elle.

Zoubida Assoul donne rendez-vous au sénateur devant la justice. « Je lui donne rendez-vous devant la justice, d’autant qu’il n’a pas apporté de preuves sur ce qu’il prétend. Ça se voit qu’il ne connait pas la loi », déclare-t-elle, rappelant que « ce même sénateur a cautionné le quatrième mandat de Bouteflika qui a mené le pays à la dérive avec plus de 300 milliards de dollars dilapidés ».

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :