Zeghmati veut déchoir les opposants du régime de leur nationalité

Le pouvoir ne sait plus quelle langue tenir. Il drague le Hirak dans le fol espoir de le ramener à de bon sentiments par-ci, il le provoque par des déclarations et projets de loi ridicules par-la. Est-ce un signe d’un cafouillage induit par la reprise grandiose du Hirak ou est-ce le débordement d’une lutte de clans qui fait rage dans le sérail ? Allez savoir.

Le très contesté ministre de la justice, Belkacem Zeghmati, confirmé dans son poste après d’âpres pressions exercées par ses mentors, présente un projet de loi qui autorise la déchéance de nationalité à tout ressortissant Algérien établi à l’étranger rendu coupable, aux yeux du pouvoir, d’activité contre l’intérêt national, d’intelligence avec les services étrangers ou impliqué dans des activités avec des organisations terroristes. 

Ces dispositions contenues dans le code pénal ont été actionnées en partie contre les jeunes du Hirak. Par une lecture erronée ou volontairement déformée, ces dispositions ont coûté aux jeunes des mois de prison aux termes de procès politiques honteux. D’où le danger de laisser passer une telle loi dans un système dictatorial comme celui en vigueur en Algérie. L’adoption d’une telle loi, dans un pays où la justice n’est qu’un simple instrument de répression judiciaire entre les mains d’un exécutif illégitime, est une porte ouverte aux pires arbitraires. 

Chabane Bouali 

 

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :