Le PAD refuse toute élection organisée pour pérenniser le système autoritaire

Le PAD dénonce ,dans une déclaration rendue publique ce lundi, “ un état d’urgence de fait qui ne reconnait de droit qu’aux anciennes et nouvelles clientèles politiques ” et s’est décrété “ à l’ombre d’une répression et d’une désinformation-diabolisation savamment nourries contre les organisations et les citoyens engagés dans le Hirak ”.

Condamnant énergiquement l’usage de la torture, le PAD “ exige que toute la lumière soit faite sur la pratique de ce crime contre l’Humanité et que les auteurs soient sévèrement punis par la justice”.

La tentative de déstabilisation du parti du PT est jugé par le PAD comme étant une “grossière et brutale tentative de coup d’Etat menée par des personnes externes au parti des travailleurs [qui]  illustre parfaitement cette gravissime logique de non droit rivée aux représailles et à l’humeur sultanesque d’un système qui menace de détruire l’État national”.

“Les forces du PAD condamnent énergiquement cette nouvelle attaque contre le multipartisme et le pluralisme politique par une opération illégale d’usurpation de la volonté d’un parti politique membre. Elles expriment leurs entières solidarités à la direction légitime et légale du parti des travailleurs”, lit-on dans la déclaration.

Abordant la question des législatives que le pouvoir veut imposer aux Algériens de force, “ les forces du PAD qui refusent toute élection organisée pour pérenniser le système autoritaire, réitèrent leur appel aux citoyens et à toutes les forces éprises de liberté et de progrès pour rester mobilisés afin de faire triompher pacifiquement l’effectivité des droits et libertés ”.

Nadia Mehir

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :