Les Algériens massivement dans les rues : La mobilisation est intacte

Les Algériens sont encore sortis massivement ce vendredi pour réclamer la fin de la dictature militaire et l’instauration d’un Etat civil, démocratique et social. Plusieurs villes ont repris le combat après un temps de trêve 

Que ce soit, Alger, Constantine, El Oued, Sétif, Medea, Tizi-ouzou, Béjaia, Bouira,, Tebessa, Annaba ou ailleurs, les manifestations massives et pacifiques ont dénoncé l’illégitimité du pouvoir actuel et rejeté sa feuille de route politique. Les slogans anti législatives ont été scandés, ainsi que l’exigence de la libération des dizaines de détenus d’opinion.

À Alger, les forces du PAD ont marché dans le même carré. Aux côtés de Mohcine Belabbas, nous avons enregistré la présence de Zoubida Assoul, Ali Laskri, Djelloul Djoudi. Le slogan Djazair hourra demokratia a largement vibré dans la capitale.

À Medea, le nombre de manifestants a sensiblement augmenté. La police a même tenté de dissuader la mobilisation en opérant des arrestations à la mosquée El Houda, selon une information donnée par l’épouse de Fathi Gherras, coordinateur du MDS, tous deux présents sur place.

A Oran, des activistes informent sur les réseaux sociaux que la place du 1er novembre, point de départ des marches du Hirak , est massivement investie par les forces de police. Le pouvoir continue d’interdire aux Oranais d’exprimer leurs opinions sur les affaires politiques du pays.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :