Rencontre de Tebboune avec ses journalistes : Une faillite dite à demi-mot

En dehors de l’annonce du retrait du projet de loi controversée et contestée sur la nationalité, la prestation médiatique du chef de l’Etat, diffusée en différé hier soir, était une succession de réponses approximatives et plates qui renseignent sur l’absence d’une politique économique et sociale sérieuse à même d’arrêter la dégradation continue du pouvoir d’achat et de la situation de plus en plus précaire des Algeriens. C’est la faillite, dite à demi-mot. 

La rencontre entre les deux journalistes triés sur le volet et chef de l’Etat était beaucoup plus proche d’une discussion de comptoir que d’une interview de rang présidentiel, commente un internaute averti.

Des Algériens ont, encore une fois, été invités à subir une médiocre communication qui n’a absolument rien apporté d’assurance, en ces temps de contraction nationale, que celle d’être devant un pouvoir qui navigue à vue, sans la moindre solution à la crise multidimensionnelle que vit le pays.

Les internautes Algériens, au vu de la masse des commentaires enregistrés, rejettent massivement le contenu des réponses apportées à des questions pourtant  de convenance.  « Le chef de l’Etat aurait dû ne pas parler », s’accordent à dire la majorité.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :