- Advertisement -

Algérie : l’Observatoire de la FIDH-OMCT « condamne fermement la répression généralisée du Hirak »

Les condamnations de la répression du Hirak pacifique en Algérie se poursuivent en Algérie et à l’étrangère. Plusieurs organisations nationales et internationales réagissent et dénoncent un acharnement injustifié contre les militants du mouvement populaire, des journalistes et des militants politique qui va en s’intensifiant.

Parmi elles, il y a l’observatoire pour la protection des droits de l’homme, relevant de la FIDH-OMCT, qui « condamne fermement la répression généralisée et systématique des militant.es du Hirak, des défenseurs des droits humains et des journalistes qui s’est intensifiée en cette période pré-électorale ».

« Cette répression se matérialise le plus souvent par des actes de harcèlement, y compris au niveau judiciaire, par des arrestations arbitraires, des détentions injustifiées et des mesures juridiques restrictives », indique l’organisation dans un communiqué rendu public, aujourd’hui, en énumérant tous les faits relevés ces dernières mois à travers le territoire national.

Ce faisant, l’Observatoire appelle les autorités algériennes à cesser le harcèlement judiciaire et à libérer immédiatement et inconditionnellement tous les défenseurs des droits humains arbitrairement détenus en Algérie ».

«Depuis la reprise des manifestations du Hirak le 26 février dernier, les autorités algériennes ont intensifié les arrestations arbitraires violentes et procédures judiciaires abusives contre les manifestants, les défenseurs des droits et les journalistes.

L’Observatoire (FIDH-OMCT) appelle une fois de plus à mettre fin à la répression judiciaire et policière généralisée », lit-on encore dans ce communiqué.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: