Djezzy, SAA et la CAAR : Des entreprises sommées de résilier leurs contrats avec « des entités de pays ennemi »

Le chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune signe une instruction pour le moins surprenante. Cette dernière, datée d’aujourd’hui, « est destinée au Gouvernement et aux responsables d’entreprises économiques publiques et privées ».

L’objet de la instruction présidentielle est de : « ordonner la résiliation des contrats conclus avec « des partenaires étrangers, contraires aux intérêts de l’Algérie ».

Dans son document, le premier du genre depuis l’adoption par l’Algérie de l’économie du marché, le chef de l’Etat fait « état de rapports selon lesquels des opérateurs économiques publics et privés ont procédé à la signature excessive de contrats avec des entités étrangères ».

« Des rapports faisant état de contrats signés avec des firmes de pays hostiles à l’Algérie sans considération des intérêts économiques et stratégiques du pays», lit-on dans cette instruction. Selon la même source, les entreprises concernées sont les sociétés d’assurances SAA, la CAAR qui sont en relation avec des entreprises marocaines ainsi que l’opérateur de téléphonie Djezzy qui a confié son plan média à des sociétés « proches de lobbies étrangers anti-algériens ».

« Ces relations, engagées sans concertation, se traduisent on peut s’en douter, par la mise à la disposition d’entités étrangères de données et d’informations sensibles qui peuvent porter atteinte aux intérêts vitaux de notre pays et à sa sécurité», estime le chef de l’Etat.

L’instruction en question précise également que « ce genre de contrats, souvent injustifiés, ont donné lieu à des sorties de devises, alors que les prestations confiées aux étrangers peuvent être assurées localement ».

Poursuivant, le chef de l’Etat affirme même avoir chargé « le ministre des Finances de bloquer le transfert des bénéfices de ce type de contrats à l’étranger tout en donnant par ailleurs aux responsables de ces entreprises un délai maximum de dix jours pour mettre un terme à cette relation contractuelle avec ces entités étrangères hostile aux intérêts du pays , avertissant que le non respect de l’injonction sera alors considéré comme une trahison et une complicité, dont les auteurs seront punis ».

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :