La marche des étudiants à Alger empêchée : Déploiement policier inhabituel

 

Encore un mardi de la répression. Décidemment, le pouvoir veut en finir avec la marche des étudiants à Alger. En effet, pour la deuxième semaine de suite, la communauté universitaire a été empêchée d’organiser sa manifestation habituelle à partir de la place des martyrs.

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dès les premières heures de la matinée dans les différents coins de la capitale.

Pour cette journée, Alger la blanche a pris la couleur bleue avec des dizaines de fourgons cellulaires de la police stationnés à Alger-Centre et dans différentes ruelles.

Comme lors de mardi dernier, les forces de police n’ont laissé aucune occasion aux manifestants de se rassembler.

Les interpellations des leaders du Hirak estudiantin ont commencé à Alger, avec l’arrestation d’Abdennour Aït Saïd, d’Abderrahmane Boutankik, de Mohamed-Farouk Cherih, Lyes Kebouche, Amira Mellal et Yasmine Aouissi.

Les interpellations ont concerné aussi des activistes, à l’image de Zaki Hannache et Sofiane Heddadji. Les personnes interpellées ont été conduites toutes aux différents commissariats de police.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :