Vendredi 116 : Les Algériens rejettent massivement les allégations du pouvoir et confirment leur mobilisation en faveur du changement radical du régime

Pour ce 116e vendredi, le dernier du mois du ramadan, les Algériens et Algériennes ont tenu à être encore plus nombreux à sortir dans les différentes villes Algériennes pour réclamer un Etat civil, démocratique , social et indépendant.

Que ce soit à Alger, Mila, Annaba, Bejaïa, Bouira, tizi ouzou, Constantine, El Oued ou ailleurs dans le pays-continent , des slogans forts ont retenti pour signifier au pouvoir en place le refus du peuple Algérien, dans son écrasante majorité, de la feuille de route adoptée par les centres de décision, le rejet des législatives, la contestation de la légitimité du mandat présidentiel d’Abdelmadjid Tebboune et la volonté massive d’aller vers une phase de transition politique, démocratique et constituante.

Les accusations d’infiltration du Hirak par des courants idéologiques ou des groupuscules terroristes ainsi que les allégations d’une prétendue manipulation des marches par des forces étrangères, ressassées sans arrêt par le ministère de la défense nationale et relayées par les médias du régime, sont rejetées en bloc par le peuple algérien. Les montages vidéos amateurs faits la télévision nationale pour tenter de manipuler l’opinion nationale ont été abordées avec dérision par des slogans et des pancartes à travers tout le pays.

La protection civile dont 132 éléments ont été suspendus par le ministère de l’intérieur et menacés de poursuites judiciaires à cause de leur mouvement de revendications sociales ont bénéficié ce vendredi d’un soutien populaire franc et sans réserve.

Dans la wilaya de Mila, les manifestants ont choisi de marcher pacifiquement dans la commune de Grarem Gouga cette semaine. Une foule nombreuse et inhabituelle y a pris part, relèvent des sources locales.

A Oran, la pression policière n’a pas diminué. Les forces de l’ordre ont investi tous les espaces qu’occupent d’habitude les manifestants. La Place d’armes ou le front de mer, une présence massive des policiers est signalée.

A Alger, En plus du flux humain habituel qui arrive de Bab El Oued , une marche grandiose démarrant de Belouizdad  a pris de cours le dispositif sécuritaire déployé dans la capitale.

Dans les villes comme Jijel, Tebessa, la mobilisation a été plus grande que les semaines passées, signalant un retour de plus en plus massif dans le pays.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :