Vendredi 117 : La détermination de continuer la révolution contre la volonté de mater toute expression libre

Ce vendredi 117 de la révolution pacifique pour le changement radical du régime est mis par le régime sous pression policière. Des arrestations arbitraires sont signalées dans plusieurs  villes du pays dès les premières minutes de tentatives de regroupements.

A Bouira, un impressionnant dispositif policier est mis en place dans toute la ville. Des dizaines d’arrestations sont signalées par nos sources dès 10h00 du matin. La marche est violemment réprimée mais les citoyens continuent de résister. ils ont changé d’itinéraire en allant de la place des martyrs vers Chateau d’eau.

A Tizi Ouzou, des arrestations sont signalées aux alentours de l’université Hasnaoua, point de départ des marches citoyennes et aux entrées de la ville. Certaines unités de police procèdent à ds arrestations ciblées. Les personnes connues pour leurs participations au marches sont systématiquement repérées et arrêtées. Toutefois, la marche a commencé sous pression visible. L’esprit est à la détermination de manifester pacifiquement contre le régime en place face à une volonté saugrenue de mater toute expression opposante au pouvoir illégitime en place.

A Alger, un impression dispositif est mis en place pour empêcher toute connexion entre les différents flux de marcheurs qui prennent des points de départ différents. Des journalistes couvrant l’événement, tels que Khaled Drareni, Mustapha Bestami et kenza Khattou, violemment interpellés. même l’avocate imane Chebboubi (avocate du collectif de la défense des détenus) est arrêtée. Le pouvoir est apparemment décidé à réprimer les marches pacifiques sans témoins

Sofiane Seghir

 

 

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :