- Advertisement -

Affaire Rabah Karèche : L’appel du parquet accepté par la chambre d’accusation près la Cour de Tam

 

La décision est tombée tel un couperet, aujourd’hui, en début d’après-midi. Le journaliste et correspondant du quotidien Liberté à Tamanrasset, Rabah Karèche, restera encore en prison, peut être pour des mois supplémentaires.

Il n’aura pas finalement pas droit à un procès dans les jours à venir comme l’espérait sa famille et ses collègues et confrères.

Et pour cause, la nouvelle venue de la Cour de Tamanrasset où la chambre d’accusation a accepté l’appel introduit par le procureur de la République contre le renvoi de l’affaire Karèche devant le tribunal pour jugement. Ce dernier a justifié sa demande par « la nécessité de poursuivre l’instruction ».

En détention depuis plus de deux mois, le journaliste a été poursuivi pour des articles publiés sur Liberté et relayés par la suite sur les réseaux sociaux. Mais il a été surtout arrêté et placé sous mandat de dépôt pour un compte rendu d’une manifestation des citoyens de Tamanrasset qui contestaient le nouveau découpage administratif.

Cette incarcération, comme l’avait affirmé en début de semaine l’avocate, Zoubida Assoul, est en contradiction avec la Constitution algérienne, y compris celle promulguée en Novembre dernier. « Les lois du pays, notamment la Constitution, interdisent, dans son article 54, l’emprisonnement des journalistes pour des délits de presse. Le même article consacre aussi la liberté de la presse. Mais, malheureusement, en Algérie, il y a un énorme fossé entre ce que dit la loi et les pratiques sur le terrain », explique-t-elle, lors d’une conférence de presse, animée dimanche dernier à Alger.

Selon elle, « il y a eu un subterfuge pour requalifier l’affaire de Rabah Karèche et ne pas appliquer les dispositions de la Constitution qui ne permet pas son emprisonnement». « On a poursuivi le journaliste sur la base de l’article 79 du code pénal et des articles 95 et 95 bis de la loi contre le discours de haine. Or ces articles n’ont rien à voir avec cette affaire. Rabah Karèche n’a pas inventé l’information contenue dans son article. Il n’y a donc pas de diffusion de fausses informations », rappelle-t-elle.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: