Est-ce la chasse aux universitaires ?

 

La répression s’accentue. Il ne se passe pas un jour sans qu’il y ait des interpellations et des arrestations de citoyens de divers horizon.

Mais depuis quelques jours, une catégorie semble être dans le collimateur des tenants du pouvoir. Il s’agit des universitaires, connus pour leurs engagements dans le Hirak populaire et pacifique. La chasse à cette catégorie se confirme de jours en jours.

Deux d’entre eux ont été interpellés à Alger, en l’occurrence les deux membres du collectif CNUAC, l’universitaire Sara Ladoul et le professeur Mehana Abdeslam.

Interpelés à Alger, selon le président de la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), ils ont été conduits au commissariat où ils sont interrogés.

Selon la même source qui dénonce « la répression qui cible toutes les voix libres et organisées, Sara Ladoul a été relâchée en fin d’après-midi. Mehana Abdeslam est toujours en détention.

Jeudi dernier, rappelons-le, deux autres universitaires ont été aussi arrêtés.

Il y a d’abord Abdelali Rezagui qu a été interpellé près de chez lui à Sidi Fredj et conduit vers un commissariat à Alger où il a été interrogé sur ses interventions sur des chaînes de télévision internationale et ses critiques de la feuille de route du pouvoir et les dernières législatives.

Arrêtée le même jour à son domicile, Fatiha Briki, est maintenue en garde à vue jusqu’à aujourd’hui. Sa garde à vue est prorogée de plusieurs jours et elle pourrait être présentée devant la justice jeudi prochain.

Selon l’avocate Aouicha Bakhti qui a essayé de lui rendre visite au Commissariat Central, l’universitaire a refuse de répondre aux questions des policiers.

«Une consœur qui l’a vue a dit qu’ils (les services de police, ndlr) voulaient la filmer, elle a refusé. Officiellement, elle n’a pas répondu aux questions de la police et n’a pas signé de PV», indique l’avocate dans une déclaration au quotidien El Watan.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :